Commencons par un peu de japonais. 'Nomikai' vient de "飲む" ('nomu'), qui signifie boire et de 'kai' qui est relatif a la reunion, au rassemblement. C'est donc (generalement) une soiree au cours de laquelle on va "boire ensemble". Je ne sais pas trop comment traduire cela correctement en francais... meme si parfois ca peut prendre la forme d'une beuverie (ce qui ne fut pas le cas ce soir, je vous rassure tout de suite !). A noter qu'ici, on va boire, mais on ne va pas manger... la 'tabekai' (de 'taberu', manger), ca n'existe pas !
Ce soir donc, j'ai participe a une nomikai. Ca ne m'est pas arrive tres souvent (je ne suis pas fanatique des soirees ou on passe son temps a boire) et ce soir constituait pour moi une premiere, au sens ou j'y allais avec un client... et sans aucun de mes collegues parlant japonais ! Quelle aventure (disons que je me debrouille un peu, sans fausse modestie, comme un pied en japonais) ! Alors que je suis dans le train du retour, je me demande encore si ce n'est pas Takejiro, mon collegue le plus proche, qui a fait une sorte de coup monte avec le client ;-) Toujours est-il que je me suis retrouve avec 3 clients... et 4 japonaises pour passer une soiree dont j'etais la star (et l'invite). A cette occasion, j'etais le plus vieux... autant dire que l'ambiance etait plutot decontractee !
Quelques constatations :
- le japonais, c'est timide ! J'ai presque plus parle que certains lors du tour de table pour me presenter, alors que ca se faisait en japonais. J'ai ete surpris de voir les hommes parler plus que les femmes (dans ma tete, c'etait toujours le contraire, les gars sont les plus coinces, mais apres discussion avec des amis, il apparait que la femme japonaise devant apparaitre effacee et soumise, c'est mieux de se comporter ainsi si l'on veut emporter le gros lot; moi, ca me laisse sceptique)... mais l'alcool a tout de meme un peu delie les langues par la suite.
- la nomikai porte bien son nom... on ne mange pas tant que ca, mais par contre, on boit pas mal. Il faut malgre tout noter qu'aucun ne s'est mis minable ce soir... ce qui merite d'etre signale quand on pense au nombre d'epaves qu'on peut croiser dans les rues.
- meme avec de l'alcool dans le nez, c'est mission impossible de faire sortir des mots d'anglais a un japonais... ils doivent etre encore plus timides et coinces que moi ! Il n'y en a qu'un qui a pris le role de traducteur (il faut avouer qu'apres avoir passe quelques annees aux Philippines, il parle anglais presque couramment), mais les deux autres clients, pourtant jeunes, n'ont pas profite de ce contexte informel pour s'entrainer (pourtant, je pense que ca aurait ete pour eux une bonne occasion de briller aux yeux de la gente feminine presente). Etonnant, quand on repense aux 'nuees' d'ecoliers qui viennent nous parler dans les lieux touristiques (enfin, apres reflexion, c'est vrai qu'ils ne viennent pas spontanement, mais le font dans le cadre d'une activite scolaire avec des questions preparees d'avance).
- j'ai peut-etre participe a mon premier (et vraisemblablement dernier) 'Gokon', ces rassemblements de garcons et de filles, sorte de speed dating version japonaise ou un gars ramene des copains et une fille ramene le meme nombre de copines. Soiree louche en effet, ou chacun commence par se presenter, dire son age, ce qu'il fait..., ou les filles avaient en moyenne 5 ans de moins que les gars, se connaissaient toutes sans que je n'arrive a etablir le lien avec les mecs (en dehors du fait qu'une avait travaille par le passe dans la meme boite).
En resume, encore une autre soiree passee avec le client, a boire (ca vous rappelle peut-etre un vieux post)... mais cette fois, ce ne fut pas trop desagreable, assez interessant culturellement et plutot utile pour mon japonais.