Après notre bonne expérience à Hachinoe et profitant d'un guide consacré aux sushis de Tokyo, nous avons décidé de tester aujourd'hui un sushi un peu plus "haut de gamme" qu'à notre habitude. Direction donc un sous-sol de Ginza pour notre repas de ce midi. Pas de carte, mais des menus, dont un en formule "omakase" où le chef décide de ce qu'il veut nous servir. En parlant de chef, celui-ci n'a pas été des plus aimable avec Armelle lorsqu'elle lui a dit qu'on n'avait pas envie de manger de pieuvre ou de coquillages... on aura du tako (pieuvre), parce qu'ici, elle est meilleure qu'ailleurs et on n'a rien à dire !
Menu en images... il faut noter que le chef met directement sur le sushi la sauce soja... ça évite de trop perturber le gout ou de disloquer la boulette de riz dans la dite sauce !

CIMG6799
Surement de la sardine


CIMG6800
Aji (maquereau), avec les herbes mises directement sur le riz avant le poisson


CIMG6804
Sayori

CIMG6809
La fameuse pieuvre, cuite dans le thé vert plusieurs heures. Il faut avouer qu'elle était bonne


CIMG6812
Anguille de mer


CIMG6814
Omelette


CIMG6817
Thon rouge


CIMG6818
Grosse tranche d'un coquillage, qui ressemble à une Saint-Jacques géante, légèrement plus ferme


CIMG6824
Thon gras


CIMG6827
Oursin, même texture que ceux que nous avons mangé à Hokkaido, une première pour Tokyo


CIMG6829
Oeufs de saumon


CIMG6833
Abalone, pas ferme du tout (contrairement à ce qu'on connaissait déjà), très bonne


CIMG6834
Et quelques makis pour finir


CIMG6838

Quel jugement porter sur ce repas. Tout d'abord, nous avons bien mangé et les sushis étaient très bons. Maintenant, il faut avouer que nous avons payé ce repas (complété par un bouillon et une petite salade) 11.000 yens par personne... et c'est là que le bas blesse pour plusieurs raisons :
- c'était un peu moins fin certes, mais presque aussi bon à Hokkaido, pour pas loin du double de quantité, moitié prix, et avec un serveur bien plus aimable
- c'est plus cher que ce qui était annoncé au menu (le omakase était sensé aller de 8.000 à 10.000 yens... pas 11.000)
- on n'a pas eu la possibilité de recommander autre chose, alors qu'on a eu l'impression que les gens qui mangeaient avant nous ont eu plus de choses/choix
Au final, on est sortis un peu déçus et très interloqués... avec comme un arrière goût d'arnaque pour être honnête. Ça nous a pas mal refroidi dans nos velléités d'essayer un autre sushi haut de gamme... dommage !