Voila, j'ecris ce billet dans l'avion qui nous ramene de Sapporo apres 5 jours passes dans le nord du Japon. Nous vons ferons un recit plus detaille de nos aventures peu palpitantes plus tard, mais je voulais commencer par raconter notre etonnement devant les differences que nous avons pu rencontrer.
Tout d'abord, il est clair que la saison touristique est beaucoup plus condensee qu'en France. A l'hotel Windsor de Toya-ko, la pleine saison dure deux semaines (voir le lien vers son calendrier) : la semaine prochaine et celle qui suit. Se rajoutent comme pleine saison la Golden Week, un ou deux WE prolonges et la periode autour du Nouvel an et vous avez fait le tour des conges japonais... c'est peu compare a la France ou a d'autres pays europeens et nous etions bien tranquille en ce debut aout pour notre petit tour.
Le resultat : de nombreux 'resorts' qui paraissent vides quand on y va en dehors de ces periodes, et qui le seraient vraisemblablement sans les touristes chinois (ou plutot de 'type' chinois car il est vraisemblable qu'une grande partie vienne aussi de Taiwan, Hong-Kong, Singapour...) car qu'est-ce que nous avons pu en voir pendant nos quelques jours sur Hokkaido. Ils ont represente a vue de nez pres au moins la moitie des touristes rencontres !
Le spa (onsen) semble etre la destination favorite des japonais : c'est impressionnant le nombre d'hotels (ou plutot devrais-je dire d'usines) qui peuvent se regrouper dans les zones thermales, dont voici un exemple symptomatique avec ces quelques photos prises de la voiture lorsque nous avons traverse Noboribetsu-onsen.

CIMG9098 CIMG9100

A contrario, le plein air ne semble pas avoir vraiment la cote. Pour cela, prenons l'exemple du lac Toya ou nous avons passe une nuit. Vous y trouver la aussi un resort thermal avec des onsens et la cohorte d'hotels usines qui vont avec.

CIMG8948 CIMG8945 CIMG8934 CIMG8930

Vous n'avez pas l'impression qu'il manque quelque chose devant ces hotels ? Une petite terrasse par exemple ? A l'exception d'un piscine sur le toit d'un des hotels, d'une petite terrasse sur le toit du meme hotel et d'un pauvre court de tennis pour un autre, pas le moindre espace permettant de profiter de ses conges a l'air libre. On ne peut pas accuser la chaleur humide, le climat est beaucoup plus supportable a Hokkaido. Il y a bien une promenade le long du lac et quelques pedalos, mais la non plus, pas un seul bar, pas meme un seul restant et le moins que l'on puisse dire est qu'il n'y a pas affluence (et encore, 1 minute plus tard, j'ai fait la meme photo sans personne dessus, juste nos deux ombres) !

CIMG8927

La seule chose qui puisse faire sortir les touristes : un feu d'artifice. On en tire un tous les soirs sur le lac Toya et les gens se pressent en dehors de leur hotel (meme les clients du Windsor viennent jusqu'au bord du lac en bus) pour le voir de la promenade ou du magnifique chateau... euh, pardon, bateau qui se promene sur le lac (233 passagers le soir ou nous y etions)... mais ils y retournent sitot le derniere fusee lachee, il ne s'agit pas de respirer trop d'air pur ! Il faut avouer que rien n'est fait pour les garder dehors, les deux miserables attractions (dont un tir a la carabine) fermant des le dernier tir de fusee... malgre la presence de quelques clients souhaitant prolonger le plaisir (il faut noter qu'il n'est alors que 21h).

CIMG8935

Pour finir sur cette histoire d'echoppe qui ne traine pas pour fermer, voici que cet apres-midi, a 16h50 a Shikotsu-ko, la vendeuse de glace nous a dit tranquillement qu'elle fermait alors que nous etions devant son comptoir... et il a fallu presque la supplier pour commande notre glace - devant si peu de sens commercant, c'est une grosse erreur, on aurait du la laisser ranger sa caisse... chose qu'elle s'est empressee de faire juste apres nous avoir servie alors qu'une grand-mere et ses deux petits enfants approchaient. Notre sejour avait bien commence a Aomori, supris que nous etions par la gentillesse du personnel de l'hotel qui a accepte notre sac a dos... il s'est termine sur quelques notes moins positives de manque flagrant de sens commercant (ce midi aussi, nous voulions manger du melon en dessert dans un petit restaurant qui en servait sur certains plats... nous avons essuye un non sec et peu agreable malgre notre volonte de payer bien sur un extra pour cela !).