Cela faisait pas mal de semaines qu'on le regardait monter inexorablement et voila que visiblement, il a enregistre un record historique vendredi dernier a New-York. Qui ca ? Le baril de petrole ? Non, lui ne nous preoccupe pas trop (pour l'instant), sans voiture que nous sommes. Il s'agit plutot de l'euro, qui ne cesse de monter face au Yen, faisant fondre d'autant les economies que l'on peut faire ici en attendant de rentrer en France. Quand on sait qu'en plus, il n'y a pas de placements rentables dans ce pays, autant d'ici qu'a chaque fois que l'euro monte, ce sont nos economies qui chutent. Situation un peu deprimante...
Pour info, voici un article tres interessant que j'ai recu a ce sujet :

L’euro entre 175 et 180 yens « avant la fin de l’année » (Kato)

L’euro, qui vient de franchir un plus-haut historique face au yen jeudi, va continuer de monter, estime Susumu Kato, économiste en chef chez Calyon. « L’euro devrait pousser jusqu’à 175 ou 180 yens d’ici la fin de l’année. Mais un euro à 200 yens est encore trop élevé », selon Susumu Kato.

L’euro a crevé son plafond historique face au yen jeudi à New York en atteignant 169,46 yens.

« Ça n’est pas une surprise. La banque du Japon maintiendra probablement ses taux d’intérêt inchangés dans les prochains mois, tandis que la Banque centrale Européenne risque de relever les siens au même moment. Donc le yen va continuer de baisser pendant les 3 ou 4 prochaines mois », explique Susumu Kato.

Voilà sept semaines consécutives que l’euro grimpe face au yen, remarque l’agence Bloomberg News.

Cette tendance baissière de la monnaie japonaise est terrible pour les exportateurs européens, qui voient leurs marges s’effondrer en yen. « C’est un drame industriel pour l’Europe », a estimé Christophe de Pous, président de Bluebell Japan.

Selon Philippe Baudin de SG Securities, la tendance baissière du yen est lourde et ne peut pas être renversée. « Le gouvernement « monétise » sa dette, c’est-à-dire qu’il la rembourse, mais dans une monnaie qui perd de sa valeur à mesure qu’elle est produite. Le marché des changes ne s’y trompe pas, qui voit le yen s’affaiblir inexorablement depuis 5 ans contre tous les paniers de devises possibles, en dépit même de toutes les bonnes nouvelles qui auraient dû le soutenir : fin de la politique des taux zéros menée par la banque du Japon, flottement du yuan chinois, croissance retrouvée... »,